L’ombudsman des vétérans demande une révision du processus de transition

Ottawa (Ontario) - Le 4 avril 2017

(Remarques abrégées tirées de l’allocution prononcée devant le Sous-comité sénatorial des anciens combattants, le 29 mars 2017)

Un changement de taille doit être apporté au processus de transition de la vie militaire à la vie civile pour que celui-ci réponde aux besoins de nos vétérans et de leur famille. Le temps des mises au point est terminé; il est temps de tout réorganiser.

Chaque année, plus de 10 000 militaires sont libérés de la Force régulière et de la Force de réserve, dont environ 1 600 pour des raisons médicales. C’est beaucoup de gens qui vivent une transition.

La transition est souvent une expérience déroutante et frustrante pour les vétérans et leur famille. Par exemple, plusieurs joueurs provenant d’organisations distinctes – en fait, au moins 15 – sont impliqués dans le processus de transition. Chacun d’eux possède un cadre de responsabilisation, un mandat et un processus distincts. Le résultat? Un chevauchement des efforts, des lacunes et un manque d’uniformité entre les groupes et les régions géographiques.

Je collabore avec des vétérans qui ont réussi leur transition afin de déterminer quels éléments ont contribué à leur succès. D’après ce qu’ils me disent, c’est d’abord et avant tout de donner un sens à leur vie qui importe.

Un vétéran m’a dit : « Je me suis enrôlé dans l’armée à 19 ans. Avant cela, j’étais à l’école secondaire. Je n’ai jamais vraiment vécu ma vie d’adulte en étant un civil. Je n’ai pas l’impression de retourner à la vie civile. Je sens plutôt que je vais devenir un civil pour la première fois. » C’est un saut énorme, et il faut trouver un sens à sa vie pour y arriver.

Le général Vance, chef d’état-major de la défense, a mentionné que le processus de transition a besoin d’être professionnalisé, tout comme celui du recrutement. Le processus de recrutement comprend :

  • des centres de recrutement et des détachements localisés aux quatre coins du Canada;
  • un portail unique sur le Web pour les membres de la Force régulière et de la Force de réserve, outil complet et convivial;
  • un processus très structuré et organisé en étapes simples, offrant une attention personnalisée;
  • un point de service unique (en ligne ou en personne) où une personne répond à vos questions, prévoit vos entrevues, vous donne une liste détaillée des étapes à suivre et vous aide en tout temps;
  • une entrevue et un test qui servent à déterminer les atouts et les intérêts de chacun et, à la fin, un parcours de carrière propre à chaque militaire.

Lorsqu’on vous recrute, vous signez un contrat définissant clairement vos conditions de service et vous devez attendre que toutes les approbations soient en place avant de vous enrôler. Vous recevez une carte d’identité que vous devez avoir sur vous en tout temps, et ce, tout au long de votre carrière – cette carte est votre nouvelle identité. Vous êtes fébrile à la pensée de ce que l’avenir vous réserve. Dans le cadre de ce processus d’accueil, vous mettez en place des réseaux sociaux qui subsisteront pendant et après votre carrière. Ces réseaux offrent du soutien, de l’encouragement et de la camaraderie.

À la fin du processus de recrutement, le militaire sent réellement qu’il fait partie de quelque chose qui est plus important que sa propre personne, et que son avenir est tracé. C’est que le processus de recrutement transforme un civil en un membre des Forces armées canadiennes et l’aide à donner un sens à sa vie.

J’imagine un processus de transition pour tous les membres des Forces armées canadiennes en voie de libération, tant ceux de la Force régulière que de la Force de réserve, qui comprendrait des éléments semblables à ceux du processus de recrutement, notamment ce qui suit :

  • Des centres de libération localisés dans tout le pays, accessibles par l’entremise d’un portail unique et relevant d’une seule autorité;
  • Des avantages en place à la libération;
  • Un point de service unique assigné aux membres de la Force régulière et de la Force de réserve, c’est-à-dire un facilitateur, qui :
    • aiderait à remplir les formulaires et à présenter une demande unique pour tous les avantages;
    • aiderait à planifier la libération des militaires et à établir les rendez-vous nécessaires;
    • donnerait des conseils en ce qui concerne les organismes tiers qui pourraient offrir du soutien;
    • réaliserait un suivi à des intervalles prédéterminés après la libération pour s’assurer que les besoins évolutifs sont comblés;
  • Un soutien axé sur les militaires blessés qui retournent au travail. S’ils ne peuvent pas retourner au travail et si leur cas est trop complexe, le Centre intégré de soutien du personnel les aiderait à coordonner leur libération en collaboration avec les centres de libération;
  • Il y aurait un seul programme pour la réadaptation professionnelle et l’invalidité de longue durée afin de réduire la complexité et la confusion;
  • Un conseiller professionnel pour aider à déterminer les besoins des militaires en matière d’éducation, de formation ou d’emploi, et pour les aider à trouver un nouveau sens à leur vie;
  • Une carte d’identité des vétérans émise à chaque militaire en voie de libération qui non seulement reconnaît leur service, mais qui permet aussi à Anciens Combattants Canada de réaliser un suivi proactif auprès d’eux à la suite de leur libération.

Le système a besoin d’être complètement révisé. Nous devons soutenir nos vétérans et leur famille au cours de leur transition, au moment et à l’endroit où ils en ont besoin. Ils le méritent, et c’est une question de sécurité nationale.

Texte intégral : http://www.ombudsman-veterans.gc.ca/fra/presse/discours/post/22

Blogue – commentaires

Veuillez inclure vos commentaires ci-dessous. Nous vous rappelons que si vous souhaitez présenter une plainte concernant votre situation personnelle, vous devriez aller à la section Présenter une plainte.

Avis important

Voir les détails relatifs aux avis importants

En participant au blogue, vous assumez la responsabilité personnelle de vos commentaires, de votre nom d'utilisateur et de toute information fournie. Afin de protéger vos renseignements personnels et ceux d'autrui, les commentaires qui contiennent des renseignements personnels ne seront pas publiés. « Renseignements personnels » s'entend des renseignements, quels que soient leur forme et leur support, concernant un individu identifiable, notamment son nom, son adresse, son adresse électronique, sa race, son origine ethnique, son dossier médical, ses antécédents professionnels ou tout numéro identificateur qui lui est propre. Veuillez également prendre note que les opinions ou les idées personnelles qui portent sur une autre personne sont considérées comme des renseignements personnels au sujet de ladite personne et comme lui appartenant.

Remarque : Tous les champs désignés par un astérisque (*) doivent être remplis.

(ne seront pas publiés)

Avis de confidentialité

Voir les détails relatifs à l’avis de confidentialité

La présentation des renseignements demandés dans ce formulaire est volontaire. Les renseignements sont recueillis conformément au décret C.P. 2007-530, qui a créé le poste d’ombudsman des vétérans, afin de donner au public l’occasion de formuler des commentaires sur les enjeux présentés dans le blogue de l’ombudsman des vétérans. Les renseignements personnels que vous fournissez sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

La Loi vous donne le droit de consulter ou de corriger vos renseignements personnels.

Vos renseignements personnels seront stockés dans le fichier de renseignements personnels numéro ACC PPU 210.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec notre coordonnateur de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels.

Commentaires

Anonyme said:

Thank you - you get it.

5 avril 2017 8:49 AM

Ken benoit said:

This is very true: One Veteran said “I joined the army at age 19. Before that, I was in high school. I was never really a civilian adult. I don’t feel that I am transitioning ‘back’ to civilian life, but becoming a civilian for the first time.” That’s a huge jump to make and it takes a sense of purpose to do it. I fully support your vision of a proper transition process.

4 avril 2017 9:55 PM

Ken Benoit said:

A good point was raised here. Many retiring personnel are not returning to civilian life but going to civilian life for the first time! I fully support your vision of a proper transition process.

4 avril 2017 9:52 PM