Établissement Colonel Belcher à Calgary

Ottawa - le 12 juillet 2011

La semaine dernière, les médias ont rapporté que des dizaines de résidants âgés, y compris bon nombre d’anciens combattants, de l’établissement Colonel Belcher, à Calgary, devront trouver un nouveau logement en raison de la cessation du programme d’aide à la vie autonome Carewest.

Préoccupé par ces reportages, Gary Walbourne, mon directeur général des Opérations, a communiqué avec Donna Marasco, la vice-présidente principale aux opérations de Chartwell Seniors Housing, propriétaire de la résidence Colonel Belcher, pour s’assurer que les personnes touchées seront soutenues durant la période de transition et qu’elles auront accès à un logement comparable.

Vous trouverez ci-dessous  le courriel envoyé au nom du Bureau de l’ombudsman des vétérans, ainsi que la réponse de Mme Marasco. Je tiens à vous assurer que le Bureau de l’ombudsman des vétérans continuera à surveiller de près ce dossier.

-------------------------------------------

Le mercredi 6 juillet 2011 à 13 h 28, Gary Walbourne a écrit :

Madame,

C’est avec beaucoup d’intérêt que nous avons pris connaissance aujourd’hui de divers reportages sur la fermeture du Centre Colonel Belcher. Bien que la situation de toutes les personnes qui seront déplacées préoccupe grandement le Bureau de l’ombudsman des vétérans, nous vous écrivons au nom des anciens combattants qui habitent actuellement cet établissement.

Comme les détails exposés dans les reportages sont flous, je me demande quelles mesures seront prises pour veiller à ce que les personnes touchées aient accès à un logement comparable.

Je suis convaincu que vous appréciez à sa juste valeur le sacrifice que tous les anciens combattants ont consenti pour le Canada. Les anciens combattants qui habitent actuellement l’établissement sont âgés – beaucoup dépendent de services pour être aussi autonomes que possible, le plus longtemps possible, au cours de leurs dernières années.

Nous aimerions donc que vous nous fournissiez autant de renseignements que vous pouvez sur les mesures qui seront prises pour protéger ces personnes.

Nous attendons votre réponse et vous remercions de l’attention que vous prêterez à notre demande.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Gary Walbourne

Directeur général des opérations
Bureau de l'ombudsman des vétérans

-------------------------------------------

Le vendredi 8 juillet 2011 à 1 h 48, Donna Marasco a écrit :

Monsieur,

Merci pour le courriel que vous avez envoyé récemment au sujet de l’attention médiatique suscitée par l’expiration du programme d’aide à la vie autonome Carewest (Carewest Designated Assisted Living program) qui est actuellement en vigueur à l’établissement The Seniors Residences at Colonel Belcher. Vous avez raison, les reportages des médias manquent de détails, et nous vous remercions de l’occasion de vous expliquer le rôle de Chartwell dans la décision de mettre fin au programme ainsi que notre engagement à faciliter la transition en respectant tous les résidants touchés, y compris les anciens combattants. 

D’abord, je tiens à vous signaler que le programme Carewest ne vise pas spécifiquement les anciens combattants, mais plutôt toute personne âgée admissible qui répond aux critères d’Alberta Health Services (AHS). Les 30 lits d’aide à la vie autonome offerts par l’établissement Colonel Belcher font partie d’un partenariat complexe regroupant quatre différents administrateurs et fournisseurs – Chartwell, Carewest, AHS et CBI Home Health. Après avoir participé au programme pendant huit ans, nous avons conclu que la complexité de ce modèle de prestation à cet établissement particulier crée des incohérences pour tous les résidants, y compris les 30 résidants bénéficiant du programme Carewest.

Nous estimons que nous pouvons offrir un meilleur service à tous nos résidants en gérant les lits nous-mêmes. Nous continuerons de fixer des tarifs raisonnables, inférieurs aux tarifs du marché, pour les 30 lits désignés, afin qu’ils soient abordables pour les personnes âgées à faible revenu. Non seulement cela respecte l’entente originale, mais nous croyons que c’est la bonne chose à faire.

En ce qui concerne les mesures qui seront prises pour offrir un logement comparable aux 30 résidants qui bénéficient de services d’aide à la vie autonome, je vous prie de communiquer avec la directrice générale, Santé intégrée des personnes âgées, Pam Brown. Puisque Chartwell n’administre pas et ne gère pas le programme ou les résidants directement, nous ne sommes pas au courant des plans de transition individuels. 

Sachez cependant que Chartwell, Alberta Health Services et Carewest se sont entendus sur une période de transition de 90 jours, ce qui permettra à AHS de trouver un logement pour les résidants bénéficiant d’une aide à la vie autonome. Nous avons aussi offert une souplesse accrue aux personnes aux prises avec des circonstances particulières. Bon nombre de ces résidants, y compris quelques anciens combattants, nous ont déjà signalé leur intérêt de rester ici, et nous travaillerons avec eux pendant qu’ils envisagent cette option. Encore une fois, les tarifs augmenteront légèrement, mais ils demeureront raisonnables et semblables à ce qu’ils étaient auparavant quand les logements étaient subventionnés. Malheureusement, cette information n’a pas été transmise clairement par les médias.

Vous avez mentionné avec raison le sacrifice de nos anciens combattants, et le fait que les médias aient choisi de présenter Chartwell comme ciblant les anciens combattants par l’intermédiaire de cette décision de programme nous a véritablement chagriné. L’établissement Colonel Belcher entretien des rapports solides et positifs avec les plus de 75 anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale qui y habitent, et, en effet, avec toute la communauté d’anciens combattants de Calgary. Nous sommes résolus à répondre à leurs besoins et à rendre hommage à leur service à notre pays. Bon nombre de nos programmes et activités d’enrichissement de la vie ciblent les anciens combattants, et nous sommes heureux d’avoir un mur de reconnaissance, situé tout près de la porte d’entrée, sur lequel est inscrit le nom d’anciens combattants locaux.

Comme vous le savez peut-être, Chartwell a publié en 2010 un livre intitulé Honour. Il s’agit de profils d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale habitant dans les résidences pour personnes âgées Chartwell partout au pays, notamment de trois résidants de l’établissement Colonel Belcher. Nous avons publié ce livre non seulement dans l’intention de souligner les sacrifices consentis par les participants à la Seconde Guerre mondiale, mais aussi pour transmettre leurs histoires aux générations futures. Encore une fois, le portrait de Chartwell peint par les médias ne reflète pas notre profond respect pour ceux et celles qui ont été sous les drapeaux et notre engagement à l’égard des anciens combattants qui vivent à l’établissement Colonel Belcher.

Chartwell est et continue d’être un fournisseur de logements pour personnes âgées qui s’engage à améliorer la qualité de vie de ses résidants. Nous continuerons d’aider les résidants et leur famille pendant la période de transition.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Donna Marasco

La vice-présidente principale aux opérations
Chartwell Seniors Housing

Blogue – commentaires

Veuillez inclure vos commentaires ci-dessous. Nous vous rappelons que si vous souhaitez présenter une plainte concernant votre situation personnelle, vous devriez aller à la section Présenter une plainte.

Avis important

Voir les détails relatifs aux avis importants

En participant au blogue, vous assumez la responsabilité personnelle de vos commentaires, de votre nom d'utilisateur et de toute information fournie. Afin de protéger vos renseignements personnels et ceux d'autrui, les commentaires qui contiennent des renseignements personnels ne seront pas publiés. « Renseignements personnels » s'entend des renseignements, quels que soient leur forme et leur support, concernant un individu identifiable, notamment son nom, son adresse, son adresse électronique, sa race, son origine ethnique, son dossier médical, ses antécédents professionnels ou tout numéro identificateur qui lui est propre. Veuillez également prendre note que les opinions ou les idées personnelles qui portent sur une autre personne sont considérées comme des renseignements personnels au sujet de ladite personne et comme lui appartenant.

Remarque : Tous les champs désignés par un astérisque (*) doivent être remplis.

(ne seront pas publiés)

Avis de confidentialité

Voir les détails relatifs à l’avis de confidentialité

La présentation des renseignements demandés dans ce formulaire est volontaire. Les renseignements sont recueillis conformément au décret C.P. 2007-530, qui a créé le poste d’ombudsman des vétérans, afin de donner au public l’occasion de formuler des commentaires sur les enjeux présentés dans le blogue de l’ombudsman des vétérans. Les renseignements personnels que vous fournissez sont protégés en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

La Loi vous donne le droit de consulter ou de corriger vos renseignements personnels.

Vos renseignements personnels seront stockés dans le fichier de renseignements personnels numéro ACC PPU 210.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec notre coordonnateur de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels.

Commentaires

RJT said:

I find the response from the operators of the Col Belcher residence to be very lacking and typical of an ungrateful money hungry operation. So the decided to opt out of the program that supported thirty beds, said they could do that on their own.....ok, why then are they still kicking out the vetrans from their homes? This is disgusting, words cannot express the actions of these money factories. The Col Belcher facility was set up for vetrans, not to be turned into a money grabbing venture and kicking our vetrans out to fend for themselves. More needs to be done for these vetrans, they deserve more than being treated as lower class citizens of this country, they desrve to be cared for, not pissed on by uncaring business ventures.

12 juillet 2011 7:55 PM