L’ombudsman des vétérans publie un examen sur les soins de longue durée

Le 14 août 2013

Ottawa (Ontario) M. Guy Parent, l’ombudsman des vétérans du Canada, a diffusé aujourd’hui un examen intitulé Besoins des anciens combattants en matière de soins de longue durée dans lequel on examine l’admissibilité, l’accessibilité et le coût du Programme de soins de longue durée d’Anciens Combattants Canada. L’objectif de l’examen est de favoriser une compréhension commune du rôle que joue présentement  Anciens Combattants Canada dans le financement des soins de longue durée des vétérans dans le cadre du Programme des soins de longue durée.

« Le plus grand nombre de plaintes reçues par le Bureau de l’ombudsman portent sur les soins de santé, affirme M. Parent. Nous sommes déterminés à faire en sorte que le Programme de soins de longue durée d’Anciens Combattants Canada soit bien compris et que toute lacune en matière d’admissibilité, d’accessibilité et de coûts soit cernée, afin que les vétérans puissent avoir accès aux soins dont ils ont besoin et qu’ils méritent. »

Le Programme de soins de longue durée appuie financièrement les vétérans admissibles dans divers établissements de soins, notamment des soins en établissements pour adultes, les soins intermédiaires et les soins prolongés. L’admissibilité à ces différents niveaux de soins est complexe : il faut répondre à la fois aux critères liés aux états de service et aux critères d’admissibilité au programme. Dans la plupart des cas, les vétérans et les autres clients du Ministère doivent d’abord répondre aux critères d’admissibilité de leur province avant que leur demande puisse être étudiée dans le cadre du Programme de soins de longue durée. Alors que l’admissibilité provinciale est fondée sur les besoins en soins de santé, ceux du Ministère doivent tenir compte à la fois des besoins en soins de santé et de la catégorie de clients, qui dépendent de l’endroit où le vétéran a fait son service militaire, ou de la période durant laquelle il a servi.

Par ailleurs, certains vétérans qui habitent hors des agglomérations urbaines ou des centres à forte concentration de vétérans continuent d’avoir de la difficulté à trouver des soins de longue durée dans les communautés où ils habitent ou à proximité de celles-ci. Ils sont parfois mis sur des listes d’attente pour des lits financés par le Ministère dans leur établissement de choix puisqu’il revient aux provinces de déterminer à qui donner un accès prioritaire.

« Le présent examen est le premier d’une série de rapports sur les programmes et les avantages pour soins de santé auxquels les vétérans pourraient avoir accès, selon leurs besoins, au cours de leur vie, souligne M. Parent. L’examen du Programme pour l’autonomie des anciens combattants ainsi que l’examen des services fédéraux et provinciaux offerts aux vétérans ayant besoin de logements avec assistance compléteront le continuum de soins offert par le Ministère et offriront un aperçu de l’administration de ces programmes et avantages. »

Ultérieurement, le Bureau de l’ombudsman des vétérans a l’intention de publier un rapport de suivi dans le but de faire le lien entre la révision du Programme de soins de longue durée et les révisions à venir au Programme pour l’autonomie des anciens combattants et au Programme d’aide à la vie autonome, afin de pouvoir présenter des recommandations visant l’amélioration des conditions de vie des vétérans et de leurs familles.

Le texte intégral de l’examen est disponible à l’adresse : http://www.ombudsman-veterans.gc.ca/fra/reports/reports-reviews/rep-rap-02-2013

— 30 —

Renseignements

1-613-943-7884

Renseignement
Conseillère en relation avec les médias