L’ombudsman des vétérans publie Faire une transition réussie : une étude qualitative

Ottawa (Ontario) - Le 2 novembre 2017

2 novembre 2017 – Ottawa (Ontario) – Guy Parent, l’ombudsman des vétérans du Canada, a publié aujourd’hui le document intitulé Faire une transition réussie : une étude qualitative. L’étude visait à mieux comprendre ce qui contribue à une transition réussie de la vie militaire à la vie civile pour les vétérans canadiens libérés pour des raisons médicales en interrogeant des vétérans qui considèrent avoir fait une transition réussie, en apprenant le genre d’expérience qu’ils ont vécue et en déterminant les facteurs, les programmes et les services qui les ont aidés.

« Il est nécessaire d’effectuer plus de recherches indépendantes sur les expériences vécues par les vétérans canadiens relativement à la transition, et plus particulièrement par la population des vétérans qui ont été libérés pour des raisons médicales après 2006. J’espère que les résultats de cette étude fourniront un aperçu à ceux et celles qui effectuent actuellement une transition de la vie militaire à la vie civile et qu’ils éclaireront les décideurs afin qu’ils puissent améliorer le processus de transition. »

Les résultats de cette étude ont été partagés avec la communauté de la recherche à l’Institut de recherche sur la santé des militaires et des vétérans. Voici quelques exemples des principales constatations :

  • Il est plus probable que la transition de la vie militaire à la vie civile soit réussie si le vétéran est proactif et s’approprie sa transition.
  • Le soutien du conjoint est crucial et a été signalé comme étant la source de soutien la plus importante.
  • Planifier la transition et s’y préparer est important : on a indiqué que les séminaires du SPSC sont une ressource utile.
  • Même ceux et celles pour qui la transition était réussie ont dû faire face à des difficultés : trouver un nouveau sens à la vie à l’extérieur des forces armées, le stress d’avoir à maintenir une sécurité financière après la libération, faire face à la stigmatisation associée au fait de demander un traitement pour des blessures (surtout des blessures psychologiques) et déterminer comment l’expérience militaire peut s’appliquer à l’expérience de travail dans le civil.

 

— 30 —

Renseignements

1-613-943-7884

Renseignement
Conseillère en relation avec les médias