Entrevue avec Allan De Genova, Fondateur, Honour House - Récipiendaire de la mention élogieuse de 2016

(en anglais seulement avec sous-titres en français)

Transcription

Allan De Genova, Fondateur, Honour House

Qu’est-ce que cela vous fait d’avoir reçu la Mention élogieuse de l’ombudsman des vétérans?

Eh bien, ce prix du Comité de l’ombudsman des vétérans m’inspire de l’humilité, le fait de m’être autant impliqué au cours des dix dernières années afin de créer des logements et d’établir un ranch qui ouvrira bientôt ses portes pour les vétérans, leurs conjoints et leur famille. Je sais que je peux faire toute la différence dans leur vie. Essentiellement, ce prix me donne une petite indication que j’ai peut être apporté des changements et que je ne suis pas là pour baisser les bras.

Qu’est-ce qui vous inspire à soutenir les vétérans et leur famille?

Eh bien, j’ai tiré mon inspiration du capitaine Trevor Green. J’ai regardé le documentaire intitulé Peace Warrior sur le combat de Trevor qui a été gravement blessé en Afghanistan. En constatant ses besoins après sa blessure à la tête et le traumatisme émotionnel de sa famille, car souvent les familles éprouvent elles aussi des difficultés lorsque les vétérans sont blessés, j’ai réalisé que je devais lui trouver un logement qui répondrait à ses besoins. J’ai donc fondé Honour House (maison de reconnaissance) en hommage aux membres des Forces canadiennes. J’ai été tellement inspiré par la mission de ne jamais abandonner et de créer le meilleur logement possible pour aider les vétérans blessés à réintégrer la communauté. Depuis l’ouverture de la maison quatre ans passés, il y a eu près de 4 000 séjours d’une nuit de vétérans de partout au Canada.

Quel est l’élément le plus valorisant de votre travail au nom des vétérans et de leur famille?

Wow…C’est vraiment d’avoir pour mission de ne pas lâcher et de soutenir nos militaires, hommes et femmes, qui font une contribution virtuellement tous les jours à la province de la Colombie-Britannique et à l’ensemble du pays. Je dirais qu'avec Honour House, nous pouvons rejoindre nos militaires, hommes et femmes, qui donnent sans conditions, à l’étranger, comme au pays, lors de catastrophes naturelles. Je sais que pour bon nombre d’eux, leur famille a de la difficulté à composer avec la situation de temps à autre, et ma mission est de les soutenir et de ne pas abandonner avant que j’aie réussi à joindre toutes les personnes au pays dans le besoin. Je dois mentionner que nous avons eu plus de 4 000 séjours d’une nuit depuis l’ouverture de la maison il y a quatre ans et si je puis dire, pour tous les récipiendaires, que notre mission ne sera pas remplie avant que nous sachions que nous avons aidé tous les militaires, hommes et femmes, qui ont servi dans les Forces canadiennes pour les remercier de leur service inconditionnel.

Quel conseil donneriez-vous à d’autres personnes qui aimeraient donner de leur temps pour aider les vétérans?

De donner sans compter, parce que les hommes et les femmes qui servent notre pays, bon nombre d’eux comme réservistes qui occupent un emploi pendant la journée et qui servent le soir et la fin de semaine dès qu’on les appelle, ils servent avec abnégation à l’étranger et dans nos communautés. Je dirais aux récipiendaires qui ont eu la chance de recevoir ce prix et à nous tous : notre mission ne sera terminée que lorsque nous aurons joint tous les vétérans qui peuvent avoir besoin de l’aide qu’ils méritent tant, ainsi que leur famille.

Merci, M. De Genova !