L’ombudsman des vétérans publie le rapport intitulé Continuum de soins : Des soins à domicile aux soins de longue durée

Ottawa (Ontario) - Le 17 Octobre 2017

L’ombudsman des vétérans du Canada, Guy Parent, a publié aujourd'hui le rapport Continuum de soins : Des soins à domicile aux soins de longue durée. Le rapport rend compte des défis courants auxquels les vétérans sont confrontés à mesure qu'ils avancent en âge et/ou nécessitent plus de soins. Il présente également sept recommandations de changements et demande au ministre des Anciens Combattants et à Anciens Combattants Canada de mettre en œuvre les recommandations dans les deux ans suivant la date de publication.

« C’est un bon temps pour apporter ces changements, a affirmé l’ombudsman. L'évolution démographique – aussi bien dans la société canadienne que dans la clientèle d’ACC – offre une occasion unique d’apporter des modifications au continuum de soins offerts aux vétérans malades ou blessés. La mise en œuvre de mes recommandations aura un impact positif en permettant aux vétérans malades ou blessés et à leur famille de recevoir les soins et le soutien à vie dont ils ont besoin et qu’ils méritent à la suite des services rendus et des sacrifices consentis pour le Canada. »

Le rapport est le quatrième d’une série sur le continuum de soins offerts aux vétérans. Il fait suite à trois examens publiés par le Bureau de l'ombudsman des vétérans en 2013 et en 2014 sur les soins de longue durée (SLD), le Programme pour l'autonomie des anciens combattants (PAAC) et les options d’aide à la vie autonome.

Le rapport a relevé ce qui suit :

  • Il y a un soutien inadéquat entre les soins à domicile et les SLD. Bien que le PAAC aide les vétérans à vivre de façon autonome et autosuffisante à la maison, il se peut que l’aide offerte aux vétérans soit inadéquate à mesure que leurs besoins évoluent et qu’ils ne peuvent plus rester à la maison.
  • Les programmes sont trop complexes et l'admissibilité est souvent fondée sur le service plutôt que sur le besoin – Les critères d’admissibilité complexes font en sorte que les vétérans et les membres de leur famille ont de la difficulté à comprendre les programmes et à s'y retrouver.
  • Il doit y avoir un programme unique et simple « de continuum de soins » qui s’adapte aux besoins changeants des vétérans et de leur famille à mesure qu’ils ont besoin de plus de soutien.
  • ACC devrait élaborer et diffuser une stratégie pour offrir du soutien aux vétérans dans le contexte du système de santé canadien.  

                                                                                                                             

— 30 —

Date de modification :